L’histoire de l’Union Régionale des Centres Sociaux des Pays de la Loire

AU DEPART…

… Il y eut des centres sociaux, créés par des habitants qui voulaient voir leurs conditions de vie changer, leur environnement quotidien s’améliorer, qui avaient envie de tisser du lien avec les autres, avec leurs voisins, entre différentes générations…

PUIS, EN 1984…

… Il y eut une fédération, celle du Maine et Loire qui vit le jour sous l’impulsion de quelques acteurs des Centres Sociaux de l’Anjou, des Mauges…, des présidents, des directeurs … C’est le président et le directeur du centre social de Chemillé qui devinrent le premier président et le premier délégué de la première fédération de la région. Au fil des années, celle-ci s’agrandit sur les départements voisins, la Vendée dans un premier temps, puis la Mayenne.

ET 20 ANS PLUS TARD…

… Il y eut une seconde fédération, qui naquit à son tour en Loire Atlantique, issue de la volonté partagée des militants de ce département et de celle des administrateurs fédéraux de Maine et Loire… et même de plus loin… Et oui, la Fédération des Centres Sociaux de France existait elle aussi et était incitatrice au développement du réseau fédéral sur la région… !

ET 25 ANS PLUS TARD…

… Il y eut une troisième fédération. La Vendée décida de suivre l’exemple ligérien, forte de ses 8 centres adhérents, et créa sa propre identité fédérale, plus en proximité et plus en en phase avec ses réalités départementales.

ET AUSSI 25 ANS PLUS TARD…

… Il y eut une Union Régionale, car ces fédérations décidèrent de se « pacser » au sein d’une nouvelle entité pour mettre en commun et coordonner leurs moyens, pour optimiser leurs ressources respectives, pour développer en complémentarité des pôles d’excellence.

Toujours le même souci dans ces différents niveaux fédéraux : soutenir, dynamiser, essaimer le concept « centre social », l’outil « centre social », la méthodologie d’intervention « centre social » pour :

  • Accompagner les uns et les autres dans l’exercice de leur pleine et entière citoyenneté, que ce soit en période de crise ou en période de croissance.
  • Etre au plus près des besoins, des aspirations des habitants, sur des territoires de vie différents, milieu urbain ou rural, zones sensibles ou non…
  • S’adapter aux évolutions administratives, règlementaires, sociétales, réorganiser notre réseau quand le paysage de notre pays se redessine et en particulier se régionalise.
Aller à la barre d’outils